« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Le vendredi de la 6e semaine du temps ordinaire
Commentaire du jour
Saint François Xavier (1506-1552), missionnaire jésuite
Lettre du 10 mai 1546 (trad. coll. Foi vivante Cerf, 1996, p. 58 rev.)

Un grand missionnaire prĂŞt Ă  perdre sa vie

      Ce pays… est très dangereux, car ses habitants, pleins de perfidie, mĂŞlent souvent le poison Ă  la nourriture et Ă  la boisson. VoilĂ  pourquoi il ne se trouve personne pour y aller s'occuper des chrĂ©tiens. Mais ceux-ci ont besoin d'un enseignement spirituel et de quelqu'un qui les baptise pour sauver leur âme ; c'est pourquoi je ressens l'obligation de perdre ma vie corporelle pour porter secours Ă  la vie spirituelle du prochain… Je place mon espĂ©rance et ma confiance en Dieu notre Seigneur, avec le dĂ©sir de me conformer, selon mes pauvres petits moyens, Ă  la parole du Christ, notre RĂ©dempteur et Seigneur : « Qui veut sauver sa vie, la perdra ; qui la perdra Ă  cause de moi, la sauvegardera Â»â€¦

      Il est facile, bien sĂ»r, ce comprendre les mots et le sens gĂ©nĂ©ral de cette parole du Seigneur ; cependant quand on veut la mettre en pratique et se disposer Ă  dĂ©cider de perdre sa vie pour Dieu afin de la retrouver en lui, quand on s'expose aux pĂ©rils oĂą l'on pressent la probabilitĂ© d'y laisser sa vie...,  tout devient si obscur que les mots, pourtant si clairs, viennent Ă  s'obscurcir eux aussi. En pareil cas, me semble-t-il, seul arrive Ă  comprendre celui — si savant soit-il — Ă  qui Dieu notre Seigneur, dans son infinie misĂ©ricorde, daigne l'expliquer dans ses circonstances particulières. C'est alors que l'on reconnaĂ®t la condition de notre chair, c'est-Ă -dire combien elle est faible et infirme.



 
©Evangelizo.org 2001-2017