« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

QuatriĂšme dimanche de PĂąques

Livre des Actes des ApĂŽtres 13,14.43-52.
En ces jours-là, Paul et Barnabé poursuivirent leur voyage au-delà de Pergé et arrivÚrent à Antioche de Pisidie. Le jour du sabbat, ils entrÚrent à la synagogue et prirent place.
Une fois l’assemblĂ©e dispersĂ©e, beaucoup de Juifs et de convertis qui adorent le Dieu unique les suivirent. Paul et BarnabĂ©, parlant avec eux, les encourageaient Ă  rester attachĂ©s Ă  la grĂące de Dieu.
Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole du Seigneur.
Quand les Juifs virent les foules, ils s’enflammùrent de jalousie ; ils contredisaient les paroles de Paul et l’injuriaient.
Paul et BarnabĂ© leur dĂ©clarĂšrent avec assurance : « C’est Ă  vous d’abord qu’il Ă©tait nĂ©cessaire d’adresser la parole de Dieu. Puisque vous la rejetez et que vous-mĂȘmes ne vous jugez pas dignes de la vie Ă©ternelle, eh bien ! nous nous tournons vers les nations paĂŻennes.
C’est le commandement que le Seigneur nous a donné : ‘J’ai fait de toi la lumiĂšre des nations pour que, grĂące Ă  toi, le salut parvienne jusqu’aux extrĂ©mitĂ©s de la terre.’ »
En entendant cela, les païens étaient dans la joie et rendaient gloire à la parole du Seigneur ; tous ceux qui étaient destinés à la vie éternelle devinrent croyants.
Ainsi la parole du Seigneur se répandait dans toute la région.
Mais les Juifs provoquĂšrent l’agitation parmi les femmes de qualitĂ© adorant Dieu, et parmi les notables de la cité ; ils se mirent Ă  poursuivre Paul et BarnabĂ©, et les expulsĂšrent de leur territoire.
Ceux-ci secouĂšrent contre eux la poussiĂšre de leurs pieds et se rendirent Ă  Iconium,
tandis que les disciples Ă©taient remplis de joie et d’Esprit Saint.

Psaume 100(99),1.2.3.5.
Acclamez le Seigneur, terre entiĂšre,
servez le Seigneur dans l'allégresse,
venez Ă  lui avec des chants de joie !

Reconnaissez que le Seigneur est Dieu :
il nous a faits, et nous sommes Ă  lui,
nous, son peuple, son troupeau.

Oui, le Seigneur est bon,
Ă©ternel est son amour,
sa fidélité demeure d'ùge en ùge.


Livre de l'Apocalypse 7,9.14b-17.
Moi, Jean, j’ai vu : et voici une foule immense, que nul ne pouvait dĂ©nombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le TrĂŽne et devant l’Agneau, vĂȘtus de robes blanches, avec des palmes Ă  la main.
L'un des Anciens me dit : « Ceux-lĂ  viennent de la grande Ă©preuve ; ils ont lavĂ© leurs robes, ils les ont blanchies par le sang de l’Agneau.
C’est pourquoi ils sont devant le trĂŽne de Dieu, et le servent, jour et nuit, dans son sanctuaire. Celui qui siĂšge sur le TrĂŽne Ă©tablira sa demeure chez eux.
Ils n’auront plus faim, ils n’auront plus soif, ni le soleil ni la chaleur ne les accablera,
puisque l’Agneau qui se tient au milieu du TrĂŽne sera leur pasteur pour les conduire aux sources des eaux de la vie. Et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux. »

Évangile de JĂ©sus-Christ selon saint Jean 10,27-30.
En ce temps-là, Jésus déclara : « Mes brebis écoutent ma voix ; moi, je les connais, et elles me suivent.
Je leur donne la vie éternelle : jamais elles ne périront, et personne ne les arrachera de ma main.
Mon PÚre, qui me les a données, est plus grand que tout, et personne ne peut les arracher de la main du PÚre.
Le PÚre et moi, nous sommes UN. »



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour : Saint Grégoire le Grand
« Je leur donne la vie éternelle »



 
©Evangelizo.org 2001-2018