« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

QuinziĂšme dimanche du temps ordinaire

Livre d'IsaĂŻe 55,10-11.
Ainsi parle le Seigneur :
« La pluie et la neige qui descendent des cieux n’y retournent pas sans avoir abreuvĂ© la terre, sans l’avoir fĂ©condĂ©e et l’avoir fait germer, donnant la semence au semeur et le pain Ă  celui qui doit manger ;
ainsi ma parole, qui sort de ma bouche, ne me reviendra pas sans résultat, sans avoir fait ce qui me plaßt, sans avoir accompli sa mission. »

Psaume 65(64),10abcd.10e-11.12-13.12b.14.
Tu visites la terre et tu l'abreuves,
tu la combles de richesses ;
les ruisseaux de Dieu regorgent d'eau :
tu prépares les moissons.

Ainsi, tu prépares la terre,
tu arroses les sillons ;
tu aplanis le sol, tu le détrempes sous les pluies,
tu bénis les semailles.

Tu couronnes une année de bienfaits ;
sur ton passage, ruisselle l'abondance.
Au désert, les pùturages ruissellent,
les collines débordent d'allégresse.

Tu couronnes une année de bienfaits ;
sur ton passage, ruisselle l'abondance.
Les herbages se parent de troupeaux
et les plaines se couvrent de blé.

Tout exulte et chante !

Lettre de saint Paul ApĂŽtre aux Romains 8,18-23.
FrĂšres, j’estime, qu’il n’y a pas de commune mesure entre les souffrances du temps prĂ©sent et la gloire qui va ĂȘtre rĂ©vĂ©lĂ©e pour nous.
En effet, la création attend avec impatience la révélation des fils de Dieu.
Car la crĂ©ation a Ă©tĂ© soumise au pouvoir du nĂ©ant, non pas de son plein grĂ©, mais Ă  cause de celui qui l’a livrĂ©e Ă  ce pouvoir. Pourtant, elle a gardĂ© l’espĂ©rance
d’ĂȘtre, elle aussi, libĂ©rĂ©e de l’esclavage de la dĂ©gradation, pour connaĂźtre la libertĂ© de la gloire donnĂ©e aux enfants de Dieu.
Nous le savons bien, la crĂ©ation tout entiĂšre gĂ©mit, elle passe par les douleurs d’un enfantement qui dure encore.
Et elle n’est pas seule. Nous aussi, en nous-mĂȘmes, nous gĂ©missons ; nous avons commencĂ© Ă  recevoir l’Esprit Saint, mais nous attendons notre adoption et la rĂ©demption de notre corps.

Évangile de JĂ©sus-Christ selon saint Matthieu 13,1-23.
Ce jour-lĂ , JĂ©sus Ă©tait sorti de la maison, et il Ă©tait assis au bord de la mer.
AuprĂšs de lui se rassemblĂšrent des foules si grandes qu’il monta dans une barque oĂč il s’assit ; toute la foule se tenait sur le rivage.
Il leur dit beaucoup de choses en paraboles : « Voici que le semeur sortit pour semer.
Comme il semait, des grains sont tombés au bord du chemin, et les oiseaux sont venus tout manger.
D’autres sont tombĂ©s sur le sol pierreux, oĂč ils n’avaient pas beaucoup de terre ; ils ont levĂ© aussitĂŽt, parce que la terre Ă©tait peu profonde.
Le soleil s’étant levĂ©, ils ont brĂ»lĂ© et, faute de racines, ils ont sĂ©chĂ©.
D’autres sont tombĂ©s dans les ronces ; les ronces ont poussĂ© et les ont Ă©touffĂ©s.
D’autres sont tombĂ©s dans la bonne terre, et ils ont donnĂ© du fruit Ă  raison de cent, ou soixante, ou trente pour un.
Celui qui a des oreilles, qu’il entende ! »
Les disciples s’approchĂšrent de JĂ©sus et lui dirent : « Pourquoi leur parles-tu en paraboles ? »
Il leur rĂ©pondit : « À vous il est donnĂ© de connaĂźtre les mystĂšres du royaume des Cieux, mais ce n’est pas donnĂ© Ă  ceux-lĂ .
À celui qui a, on donnera, et il sera dans l’abondance ; Ă  celui qui n’a pas, on enlĂšvera mĂȘme ce qu’il a.
Si je leur parle en paraboles, c’est parce qu’ils regardent sans regarder, et qu’ils Ă©coutent sans Ă©couter ni comprendre.
Ainsi s’accomplit pour eux la prophĂ©tie d’IsaĂŻe : ‘Vous aurez beau Ă©couter, vous ne comprendrez pas. Vous aurez beau regarder, vous ne verrez pas.
Le cƓur de ce peuple s’est alourdi : ils sont devenus durs d’oreille, ils se sont bouchĂ© les yeux, de peur que leurs yeux ne voient, que leurs oreilles n’entendent, que leur cƓur ne comprenne, qu’ils ne se convertissent, – et moi, je les guĂ©rirai.’
Mais vous, heureux vos yeux puisqu’ils voient, et vos oreilles puisqu’elles entendent !
Amen, je vous le dis : beaucoup de prophĂštes et de justes ont dĂ©sirĂ© voir ce que vous voyez, et ne l’ont pas vu, entendre ce que vous entendez, et ne l’ont pas entendu. »
Vous donc, Ă©coutez ce que veut dire la parabole du semeur.
Quand quelqu’un entend la parole du Royaume sans la comprendre, le Mauvais survient et s’empare de ce qui est semĂ© dans son cƓur : celui-lĂ , c’est le terrain ensemencĂ© au bord du chemin.
Celui qui a reçu la semence sur un sol pierreux, c’est celui qui entend la Parole et la reçoit aussitît avec joie ;
mais il n’a pas de racines en lui, il est l’homme d’un moment : quand vient la dĂ©tresse ou la persĂ©cution Ă  cause de la Parole, il trĂ©buche aussitĂŽt.
Celui qui a reçu la semence dans les ronces, c’est celui qui entend la Parole ; mais le souci du monde et la sĂ©duction de la richesse Ă©touffent la Parole, qui ne donne pas de fruit.
Celui qui a reçu la semence dans la bonne terre, c’est celui qui entend la Parole et la comprend : il porte du fruit Ă  raison de cent, ou soixante, ou trente pour un. »



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour : Pape François
« L’homme qui entend la Parole et la comprend porte du fruit Ă  raison de cent, ou soixante, ou trente pour un »



 
©Evangelizo.org 2001-2017