« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

DĂ©dicace de la basilique du Latran, fĂȘte

Livre d'ÉzĂ©chiel 47,1-2.8-9.12.
En ces jours-lĂ , au cours d’une vision reçue du Seigneur, l’homme me fit revenir Ă  l’entrĂ©e de la Maison, et voici : sous le seuil de la Maison, de l’eau jaillissait vers l’orient, puisque la façade de la Maison Ă©tait du cĂŽtĂ© de l’orient. L’eau descendait de dessous le cĂŽtĂ© droit de la Maison, au sud de l’autel.
L’homme me fit sortir par la porte du nord et me fit faire le tour par l’extĂ©rieur, jusqu’à la porte qui fait face Ă  l’orient, et lĂ  encore l’eau coulait du cĂŽtĂ© droit.
Il me dit : « Cette eau coule vers la rĂ©gion de l’orient, elle descend dans la vallĂ©e du Jourdain, et se dĂ©verse dans la mer Morte, dont elle assainit les eaux.
En tout lieu oĂč parviendra le torrent, tous les animaux pourront vivre et foisonner. Le poisson sera trĂšs abondant, car cette eau assainit tout ce qu’elle pĂ©nĂštre, et la vie apparaĂźt en tout lieu oĂč arrive le torrent.
Au bord du torrent, sur les deux rives, toutes sortes d’arbres fruitiers pousseront ; leur feuillage ne se flĂ©trira pas et leurs fruits ne manqueront pas. Chaque mois ils porteront des fruits nouveaux, car cette eau vient du sanctuaire. Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remĂšde. »

Psaume 46(45),2-3.5-6.8-9a.10a.
Dieu est pour nous refuge et force,
secours dans la détresse, toujours offert.
Nous serons sans crainte si la terre est secouée,
si les montagnes s'effondrent au creux de la mer.

Le Fleuve, ses bras réjouissent la ville de Dieu,
la plus sainte des demeures du TrĂšs-Haut.
Dieu s'y tient : elle est inébranlable ;
quand renaĂźt le matin, Dieu la secourt.

Il est avec nous, le Seigneur de l'univers ;
citadelle pour nous, le Dieu de Jacob !
Venez et voyez les actes du Seigneur,
il détruit la guerre jusqu'au bout du monde.



PremiĂšre lettre de saint Paul ApĂŽtre aux Corinthiens 3,9b-11.16-17.
Nous sommes des collaborateurs de Dieu, et vous ĂȘtes un champ que Dieu cultive, une maison que Dieu construit.
Selon la grĂące que Dieu m’a donnĂ©e, moi, comme un bon architecte, j’ai posĂ© la pierre de fondation. Un autre construit dessus. Mais que chacun prenne garde Ă  la façon dont il contribue Ă  la construction.
La pierre de fondation, personne ne peut en poser d’autre que celle qui s’y trouve : JĂ©sus Christ.
Ne savez-vous pas que vous ĂȘtes un sanctuaire de Dieu, et que l’Esprit de Dieu habite en vous ?
Si quelqu’un dĂ©truit le sanctuaire de Dieu, cet homme, Dieu le dĂ©truira, car le sanctuaire de Dieu est saint, et ce sanctuaire, c’est vous.

Évangile de JĂ©sus-Christ selon saint Jean 2,13-22.
Comme la PĂąque juive Ă©tait proche, JĂ©sus monta Ă  JĂ©rusalem.
Dans le Temple, il trouva installĂ©s les marchands de bƓufs, de brebis et de colombes, et les changeurs.
Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bƓufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs,
et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon PĂšre une maison de commerce. »
Ses disciples se rappelĂšrent qu’il est Ă©crit : ‘L’amour de ta maison fera mon tourment.’
Des Juifs l’interpellĂšrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? »
Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relÚverai. »
Les Juifs lui répliquÚrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bùtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relÚverais ! »
Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.
Aussi, quand il se rĂ©veilla d’entre les morts, ses disciples se rappelĂšrent qu’il avait dit cela ; ils crurent Ă  l’Écriture et Ă  la parole que JĂ©sus avait dite.



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour : Saint Augustin
« Le Temple dont il parlait, c’était son corps »



 
©Evangelizo.org 2001-2018