« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

Dix-neuviĂšme dimanche du temps ordinaire

Premier livre des Rois 19,4-8.
En ces jours-lĂ , le prophĂšte Élie, fuyant l’hostilitĂ© de la reine JĂ©zabel, marcha toute une journĂ©e dans le dĂ©sert. Il vint s’asseoir Ă  l’ombre d’un buisson, et demanda la mort en disant : « Maintenant, Seigneur, c’en est trop ! Reprends ma vie : je ne vaux pas mieux que mes pĂšres. »
Puis il s’étendit sous le buisson, et s’endormit. Mais voici qu’un ange le toucha et lui dit : « LĂšve-toi, et mange ! »
Il regarda, et il y avait prĂšs de sa tĂȘte une galette cuite sur des pierres brĂ»lantes et une cruche d’eau. Il mangea, il but, et se rendormit.
Une seconde fois, l’ange du Seigneur le toucha et lui dit : « LĂšve-toi, et mange, car il est long, le chemin qui te reste. »
Élie se leva, mangea et but. Puis, fortifiĂ© par cette nourriture, il marcha quarante jours et quarante nuits jusqu’à l’Horeb, la montagne de Dieu.

Psaume 34(33),2-3.4-5.6-7.8-9.
Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse Ă  mes lĂšvres.
Je me glorifierai dans le Seigneur :
que les pauvres m'entendent et soient en fĂȘte !

Magnifiez avec moi le Seigneur,
exaltons tous ensemble son nom.
Je cherche le Seigneur, il me répond :
de toutes mes frayeurs, il me délivre.

Qui regarde vers lui resplendira,
sans ombre ni trouble au visage.
Un pauvre crie ; le Seigneur entend :
il le sauve de toutes ses angoisses.

L'ange du Seigneur campe Ă  l'entour
pour libérer ceux qui le craignent.
Goûtez et voyez : le Seigneur est bon !
Heureux qui trouve en lui son refuge !



Lettre de saint Paul ApĂŽtre aux ÉphĂ©siens 4,30-32.5,1-2.
FrĂšres, n’attristez pas le Saint Esprit de Dieu, qui vous a marquĂ©s de son sceau en vue du jour de votre dĂ©livrance.
Amertume, irritation, colĂšre, Ă©clats de voix ou insultes, tout cela doit ĂȘtre Ă©liminĂ© de votre vie, ainsi que toute espĂšce de mĂ©chancetĂ©.
Soyez entre vous pleins de générosité et de tendresse. Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ.
Oui, cherchez Ă  imiter Dieu, puisque vous ĂȘtes ses enfants bien-aimĂ©s.
Vivez dans l’amour, comme le Christ nous a aimĂ©s et s’est livrĂ© lui-mĂȘme pour nous, s’offrant en sacrifice Ă  Dieu, comme un parfum d’agrĂ©able odeur.

Évangile de JĂ©sus-Christ selon saint Jean 6,41-51.
En ce temps-lĂ , les Juifs rĂ©criminaient contre JĂ©sus parce qu’il avait dĂ©claré : « Moi, je suis le pain qui est descendu du ciel. »
Ils disaient : « Celui-lĂ  n’est-il pas JĂ©sus, fils de Joseph ? Nous connaissons bien son pĂšre et sa mĂšre. Alors comment peut-il dire maintenant : “Je suis descendu du ciel” ? »
Jésus reprit la parole : « Ne récriminez pas entre vous.
Personne ne peut venir Ă  moi, si le PĂšre qui m’a envoyĂ© ne l’attire, et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
Il est Ă©crit dans les prophĂštes : ‘Ils seront tous instruits par Dieu lui-mĂȘme.’ Quiconque a entendu le PĂšre et reçu son enseignement vient Ă  moi.
Certes, personne n’a jamais vu le Pùre, sinon celui qui vient de Dieu : celui-là seul a vu le Pùre.
Amen, amen, je vous le dis : il a la vie éternelle, celui qui croit.
Moi, je suis le pain de la vie.
Au désert, vos pÚres ont mangé la manne, et ils sont morts ;
mais le pain qui descend du ciel est tel que celui qui en mange ne mourra pas.
Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra Ă©ternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnĂ©e pour la vie du monde. »



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour : Saint Ambroise
« Moi, je suis le pain de la vie »



 
©Evangelizo.org 2001-2017