« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 

SixiĂšme dimanche du temps ordinaire

Livre de l'Ecclésiastique 15,15-20.
Si tu le veux, tu peux observer les commandements, il dépend de ton choix de rester fidÚle.
Le Seigneur a mis devant toi l’eau et le feu : Ă©tends la main vers ce que tu prĂ©fĂšres.
La vie et la mort sont proposĂ©es aux hommes, l’une ou l’autre leur est donnĂ©e selon leur choix.
Car la sagesse du Seigneur est grande, fort est son pouvoir, et il voit tout.
Ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent, il connaßt toutes les actions des hommes.
Il n’a commandĂ© Ă  personne d’ĂȘtre impie, il n’a donnĂ© Ă  personne la permission de pĂ©cher.

Psaume 119(118),1-2.4-5.17-18.33-34.
Heureux les hommes intĂšgres dans leurs voies
qui marchent suivant la loi du Seigneur !
Heureux ceux qui gardent ses exigences,
ils le cherchent de tout cƓur !

Toi, tu promulgues des préceptes
Ă  observer entiĂšrement.
Puissent mes voies s'affermir
Ă  observer tes commandements !

Sois bon pour ton serviteur, et je vivrai,
j'observerai ta parole.
Ouvre mes yeux,
que je contemple les merveilles de ta loi.

Enseigne-moi, Seigneur, le chemin de tes ordres ;
à les garder, j'aurai ma récompense.
Montre-moi comment garder ta loi,
que je l'observe de tout cƓur.



PremiĂšre lettre de saint Paul ApĂŽtre aux Corinthiens 2,6-10.
Frùres, c’est bien de sagesse que nous parlons devant ceux qui sont adultes dans la foi, mais ce n’est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dirigent ce monde et qui vont à leur destruction.
Au contraire, ce dont nous parlons, c’est de la sagesse du mystĂšre de Dieu, sagesse tenue cachĂ©e, Ă©tablie par lui dĂšs avant les siĂšcles, pour nous donner la gloire.
Aucun de ceux qui dirigent ce monde ne l’a connue, car, s’ils l’avaient connue, ils n’auraient jamais crucifiĂ© le Seigneur de gloire.
Mais ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture : ‘ce que l’Ɠil n’a pas vu, ce que l’oreille n’a pas entendu, ce qui n’est pas venu Ă  l’esprit de l’homme, ce que Dieu a prĂ©parĂ© pour ceux dont il est aimĂ©.’
Et c’est Ă  nous que Dieu, par l’Esprit, en a fait la rĂ©vĂ©lation. Car l’Esprit scrute le fond de toutes choses, mĂȘme les profondeurs de Dieu.

Évangile de JĂ©sus-Christ selon saint Matthieu 5,17-37.
En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Ne pensez pas que je sois venu abolir la Loi ou les ProphÚtes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir.
Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas un seul iota, pas un seul trait ne disparaĂźtra de la Loi jusqu’à ce que tout se rĂ©alise.
Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le royaume des Cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera, celui-là sera déclaré grand dans le royaume des Cieux. »
Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le royaume des Cieux.
Vous avez appris qu’il a Ă©tĂ© dit aux anciens : ‘Tu ne commettras pas de meurtre’, et si quelqu'un commet un meurtre, il devra passer en jugement.
Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colĂšre contre son frĂšre devra passer en jugement. Si quelqu’un insulte son frĂšre, il devra passer devant le tribunal. Si quelqu’un le traite de fou, il sera passible de la gĂ©henne de feu.
Donc, lorsque tu vas prĂ©senter ton offrande Ă  l’autel, si, lĂ , tu te souviens que ton frĂšre a quelque chose contre toi,
laisse ton offrande, lĂ , devant l’autel, va d’abord te rĂ©concilier avec ton frĂšre, et ensuite viens prĂ©senter ton offrande.
Mets-toi vite d’accord avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour Ă©viter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison.
Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payĂ© jusqu’au dernier sou. »
Vous avez appris qu’il a Ă©tĂ© dit : ‘Tu ne commettras pas d’adultĂšre.’
Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme avec convoitise a dĂ©jĂ  commis l’adultĂšre avec elle dans son cƓur.
Si ton Ɠil droit entraĂźne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier jetĂ© dans la gĂ©henne.
Et si ta main droite entraĂźne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi, car mieux vaut pour toi perdre un de tes membres que d’avoir ton corps tout entier qui s’en aille dans la gĂ©henne.
Il a Ă©tĂ© dit Ă©galement : ‘Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de rĂ©pudiation’.
Eh bien ! moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illĂ©gitime, la pousse Ă  l’adultĂšre ; et si quelqu’un Ă©pouse une femme renvoyĂ©e, il est adultĂšre. »
Vous avez encore appris qu’il a Ă©tĂ© dit aux anciens : ‘Tu ne manqueras pas Ă  tes serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur.’
Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas jurer du tout, ni par le ciel, car c’est le trîne de Dieu,
ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par JĂ©rusalem, car elle est la Ville du grand Roi.
Et ne jure pas non plus sur ta tĂȘte, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir.
Que votre parole soit “oui”, si c’est “oui”, “non”, si c’est “non”. Ce qui est en plus vient du Mauvais. »



Extrait de la Traduction Liturgique de la Bible - © AELF, Paris




Commentaire du jour : Saint Irénée de Lyon
La Loi enracinĂ©e dans nos cƓurs



 
©Evangelizo.org 2001-2017