« Seigneur, vers qui irions-nous ? Tu as les paroles de la vie éternelle » Jn 6, 68



ABONNEZ-VOUS !
Saisissez votre courriel
(Gratuit)


Confirmez votre courriel

















 
Mardi 17 avril 2018
Le mardi de la 3e semaine de PĂąques



Livre des Actes des ApĂŽtres 7,51-60.8,1a.
En ces jours-lĂ , Étienne disait au peuple, aux anciens et aux scribes : « Vous qui avez la nuque raide, vous dont le cƓur et les oreilles sont fermĂ©s Ă  l’Alliance, depuis toujours vous rĂ©sistez Ă  l’Esprit Saint ; vous ĂȘtes bien comme vos pĂšres !
Y a-t-il un prophĂšte que vos pĂšres n’aient pas persĂ©cuté ? Ils ont mĂȘme tuĂ© ceux qui annonçaient d’avance la venue du Juste, celui-lĂ  que maintenant vous venez de livrer et d’assassiner.
Vous qui aviez reçu la loi sur ordre des anges, vous ne l’avez pas observĂ©e. »
Ceux qui Ă©coutaient ce discours avaient le cƓur exaspĂ©rĂ© et grinçaient des dents contre Étienne.
Mais lui, rempli de l’Esprit Saint, fixait le ciel du regard : il vit la gloire de Dieu, et JĂ©sus debout Ă  la droite de Dieu.
Il dĂ©clara : « Voici que je contemple les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout Ă  la droite de Dieu. »
Alors ils poussÚrent de grands cris et se bouchÚrent les oreilles. Tous ensemble, ils se précipitÚrent sur lui,
l’entraĂźnĂšrent hors de la ville et se mirent Ă  le lapider. Les tĂ©moins avaient dĂ©posĂ© leurs vĂȘtements aux pieds d’un jeune homme appelĂ© Saul.
Étienne, pendant qu’on le lapidait, priait ainsi : « Seigneur JĂ©sus, reçois mon esprit. »
Puis, se mettant Ă  genoux, il s’écria d’une voix forte : « Seigneur, ne leur compte pas ce pĂ©chĂ©. » Et, aprĂšs cette parole, il s’endormit dans la mort.
Quant Ă  Saul, il approuvait ce meurtre.


Psaume 31(30),3bc.4.6.7b.8a.17.20cd.
Sois le rocher qui m'abrite,
la maison fortifiée qui me sauve.
Ma forteresse et mon roc, c'est toi :
pour l'honneur de ton nom, tu me guides et me conduis.

En tes mains je remets mon esprit ;
tu me rachÚtes, Seigneur, Dieu de vérité.
Moi, je suis sûr du Seigneur.
Ton amour me fait danser de joie.

Sur ton serviteur, que s'illumine ta face ;
sauve-moi par ton amour.
Tu combles, Ă  la face du monde,
ceux qui ont en toi leur refuge.




Évangile de JĂ©sus-Christ selon saint Jean 6,30-35.
En ce temps-lĂ , la foule dit Ă  JĂ©sus : « Quel signe vas-tu accomplir pour que nous puissions le voir, et te croire ? Quelle Ɠuvre vas-tu faire ?
Au dĂ©sert, nos pĂšres ont mangĂ© la manne ; comme dit l’Écriture : ‘Il leur a donnĂ© Ă  manger le pain venu du ciel.’ »
JĂ©sus leur rĂ©pondit : « Amen, amen, je vous le dis : ce n’est pas MoĂŻse qui vous a donnĂ© le pain venu du ciel ; c’est mon PĂšre qui vous donne le vrai pain venu du ciel.
Car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde. »
Ils lui dirent alors : « Seigneur, donne-nous toujours de ce pain-là. »
JĂ©sus leur rĂ©pondit : « Moi, je suis le pain de la vie. Celui qui vient Ă  moi n’aura jamais faim ; celui qui croit en moi n’aura jamais soif. »






 
©Evangelizo.org 2001-2018